Le Blog de Numilog

Toute l'actualité du livre numérique

Ebook de la semaine : Un mariage anglais

Cette semaine, découvrez Un mariage anglais, le roman incontournable de l'été.

Cette semaine, découvrez Un mariage anglais, le roman incontournable de l'été.

Une vie à l'étroit

             

Ingrid a 20 ans et des projets plein la tête quand elle rencontre Gil Coleman, professeur de littérature à l’université. Faisant fi de son âge et de sa réputation de don Juan, elle l’épouse et s’installe dans sa maison en bord de mer. Quinze ans et deux enfants plus tard, Ingrid doit faire face aux absences répétées de Gil, devenu écrivain à succès. Un soir, elle décide d’écrire ce qu’elle n’arrive plus à lui dire, puis cache sa lettre dans un livre. Ainsi commence une correspondance à sens unique où elle dévoile la vérité sur leur mariage, jusqu’à cette dernière lettre rédigée quelques heures à peine avant qu’elle ne disparaisse sans laisser de trace.

Au fil des pages, le suspense reste entier, la vérité résiste. Qu’est-il arrivé à Ingrid ? A-t-elle vraiment abandonné ses filles, lassée d’une vie qui n’était pas faite pour elle ? Qui est cette femme que Gil a cru voir sur la plage et qui fait renaître l’espoir dans le cœur de Flora, la plus jeune de ses filles ?

 

L’un des plus jolis romans de l’année

            

« Pourtant ça ne s’est pas passé comme ça dans cette famille, n’est-ce pas ? »

Tout commence par une lettre échappée d’un livre d’occasion. Et par une giboulée de poissons sur une route longeant la côte d’une presqu’île du sud de l’Angleterre… Le décor est planté. Deux sœurs se retrouvent au chevet de leur père mourant : Flora la rebelle et Nan la mal-aimée, si différentes mais toutes deux orphelines d’une enfance qu’elles n’ont pas vraiment vécue. Alors que se joue une sorte de huis clos au cœur du « pavillon de nage » où chacune essaie de (re)trouver sa place, la voix de la mère disparue s’impose peu à peu à travers les lettres qu’elle a écrites, puis cachées, à son mari trop fantasque.

Dès les premières lettres, on comprend que l’ambiance insouciante qui règne au pavillon de nage est déjà chargée des drames familiaux à venir. L’alternance des voix, entre passé et présent, imprime son rythme au roman. Une construction habile qui dévoile progressivement la vérité d’Ingrid, celle d’une femme absente à sa propre existence, prisonnière d’une vie qui passe sans elle. Le pavillon de nage représente, « incarne » presque, à la fois la liberté et l’enfermement dans une vie étouffée, au sens propre, par les livres qui envahissent tout l’espace, jusqu’à ensevelir ceux qui s’y aventurent.

Ingrid, qui n’aimait rien tant que nager au lever du soleil, aura eu beau emprisonner ses lettres entre les pages de livres que personne n’a encore ouverts, elle laisse une empreinte indélébile dans le cœur du lecteur ému par son histoire. Claire Fuller signe l’un des plus jolis romans de l’année.

 

 Découvrir l'ebook

Ebook de la semaine : L'Archipel du chien

Cette semaine, découvrez L'Archipel du chien, le roman d'une tragédie contemporaine.

Cette semaine, découvrez L'Archipel du chien, le roman d'une tragédie contemporaine.

Une humanité échouée

             

« Le dimanche qui suivit, différents signes annoncèrent que quelque chose allait se produire. […] Puis il y eut une odeur, presque imperceptible au début, à propos de laquelle on aurait pu se dire qu’on l’avait rêvée, ou qu’elle émanait des êtres, de leur peau, de leur bouche, de leurs vêtements ou de leurs intérieurs. Mais d’heure en heure l’odeur s’affirma. Elle s’installa d’une façon discrète, pour tout dire clandestine. »

Un matin à première vue comme les autres, un corps échoué est retrouvé sur ce que les habitants d’une petite île de l’archipel du Chien appellent, faute de mieux, « la plage ». Une découverte embarrassante pour les protagonistes de l’histoire, personnages anonymes désignés par leur seule fonction – le Maire, le Curé, l’Instituteur – au sein d’une micro société fermée, sclérosée. Des hommes dont l’apparence en dit long sur leur caractère, et qui vont révéler petit à petit la part la plus sombre de leur personnalité.

On décide de se débarrasser discrètement du corps, mais face à la réprobation de l’un des siens, la petite communauté ne tarde pas à désigner une victime expiatoire. C’est alors que se déchaînent dans une logique implacable, calomnie, soupçons, remords. Chacun a ses raisons – intérêt, lâcheté, méchanceté – de ne pas dénoncer la manœuvre initiée par un homme avec la complicité de tous.

Ce qui est à l’œuvre dans ce roman, c’est la violence qu’est souvent susceptible de revêtir la médiocrité. C’est à la fois extrêmement cruel et terriblement humain.

 

« Les morts allaient faire payer aux vivants leur indifférence »

            

Une île, qui n’existe pas. Des hommes, qui n’ont pas de nom. Comme pour mieux mettre en lumière une humanité qui perd les pédales quand le drame surgit. Au-delà de l’indifférence, il y a la faiblesse, si familière. Qu’il s’agisse d’incidents survenus au coin de la rue ou de drames à l’échelle internationale, voici que se révèle la part sombre qui ébranle les consciences en même temps que le volcan de l’île se réveille.

À travers un fait divers qui fait malheureusement écho à notre quotidien, Philippe Claudel livre une nouvelle réflexion sur ce qui fait basculer les hommes dans l’ignominie ordinaire. L’Archipel du chien n’est sans doute pas son roman le plus flamboyant, mais comme les précédents, il dit quelque chose de nos sociétés, de notre rapport à l’Autre, des compromissions susceptibles d’entacher les meilleures intentions.

 

 Découvrir l'ebook